Découvrez 5 atouts du PACS par rapport au mariage avec My-PACS.

1°/ Moins de formalités que le mariage :

Le caractère solennel du mariage a entraîné des conditions de formation strictes. Les futurs époux devront effectuer un grand nombre de formalités avant de se marier. A l’inverse, le pacte civil de solidarité est beaucoup plus simple à conclure ne nécessitant que quelques documents, que vous retrouverez dans notre article « Les documents nécessaires à la conclusion du PACS ».

2°/ Une indépendance patrimoniale :

Placé sous le régime de la séparation de biens, le PACS offre une indépendance patrimoniale totale aux partenaires. Cela ne les empêchera toutefois pas, par volonté expresse, d’acheter des biens en commun.

Même placé sous le régime de l’indivision, le PACS offre une plus grande indépendance patrimoniale aux partenaires que le régime légal du mariage. En effet, pour les couples mariés sous le régime de la communauté les gains et salaires, même économisés, sont communs aux époux. A l’inverse sous le régime pacsimonial de l’indivision, les gains et salaires économisés demeurent propres à chaque partenaire. Ce n’est qu’en cas d’utilisation de ces gains et salaires pour une acquisition que le bien acquis devient indivis entre chaque partenaire.

3°/ Solidarité des dettes :

Conformément à l’article 515-4 du Code civil, les partenaires liés par un pacte civil de solidarité ne sont tenus solidairement que des dettes nées pour les besoins de la vie courante et que si elles ne sont pas manifestement exagérées.

A l’inverse, l’article 220 du Code civil impose une solidarité aux époux pour les dettes qui ont pour objet l'entretien du ménage ou l'éducation des enfants, sauf si ces dépenses sont manifestement excessives.

L’objet de la solidarité à l’égard des dettes est plus large en ce qui concerne le mariage que le pacte civil de solidarité. En effet, d’après la jurisprudence il semblerait que les « besoins de la vie courante » aient un objet plus restreint que « l’entretien du ménage ».

4°/ La souplesse du PACS face à la rigidité du mariage :

Le pacte civil de solidarité de par son caractère contractuel offre une plus grande souplesse que le mariage. D’une part, dans la rédaction de leur convention les partenaires auront une plus grande latitude que les époux pour modifier les conditions d’organisation de leur vie commune.

D’autre part, en cas de modification de leur convention les époux ne peuvent le faire conformément à l’article 1397 du Code civil, que dans l’intérêt de la famille et qu’après un délai de deux ans d’application de leur précédente convention. Dans certains cas la modification devra même être ordonnée par le juge.

A l’inverse, la modification de la convention de PACS peut avoir lieu librement à tout moment et sans contrainte particulière.

5°/ Facilité de dissolution :

La rupture du pacte civil de solidarité se distingue nettement de celle du mariage :

  • Le mariage ne peut être dissous que par la procédure lourde du divorce. Cette procédure longue et coûteuse, nécessitera bien souvent l'intervention d'un avocat spécialisé.
  • La rupture du PACS peut quant à elle intervenir très simplement par une déclaration conjointe auprès de la mairie du lieu de son enregistrement. La rupture du PACS peut intervenir par le consentement mutuel des deux partenaires, par la volonté unilatérale de l’un des partenaires ou du mariage d’un des partenaires. La rupture du PACS se déroule très rapidement, sans aucun coût et sans l'obligation de recourir à un juge comme pour le divorce.